Archive | Featured

The Embarrassing Photograph France Would Rather Doesn’t Exist

Posted on 28 March 2015 by peter

On June 25, 1994, Boniface Higiro was 19 years. At around 11:00am, a convoy of military and white civilian vehicles drove uphill towards Bisesero, located in Western Rwanda.

“We saw white people calling us to come down as they were here to rescue us,” narrates Higiro, now 40 years. And they did come out hoping for protection.

Boniface Higiro is one of the 900 surviving Tutsis from what turned out to be one of the worst mass extermination projects in which tens of thousands of Tutsis were lured to their death by French troops.

Twenty one years later, after the Genocide against the Tutsis, he still has vivid recollections of the few days that will remain ingrained in his memory forever.

Bisesero located in the hilly region of Kibuye prefecture, today’s Karongi District. Before the genocide began en-mass on April 6, 1994, it was considered to have more Tutsis than Hutus, according to an academician, Dr Jean Damascene Bizimana.

It was target of the ex-government forces and genocide Interahamwe militias. Despite months of reinforcements, Tutsis armed with stones, sticks and anything they could get hold o, battled for survival to counter mass attacks.

Hundreds died due to the overwhelming power of the attacks coordinated from the highest levels of the interim government led by Theodore Sindikubwabo.

Survivors including Kwigize Jean, say that the militias who were brought from adjacent regions and began occupying the hill tops. It was from there that they strode downhill armed with the most crude weapons and guns to clear out all Tutsis.

Tutsis then organized themselves into coordinated resistance groups. “We knew for years that one day extremists will come to exterminate us, and indeed they did” says Kwigize. “There were only two options; fight the killers or wait to be wiped out.”

Bisesero in 1994

Three French journalists

The former Finance Finance, Emmanuel Ndindabahizi, is serving life sentence for his role providing a constant supply of weapons for militias to head to Bisesero. Convicted Aloys NDIMBATI, the bourgmestre of nearby Gisovu commune also availed government vehicles that ferried the militias to Bisesero.

Up until June, Tutsis in Bisesero fought running battles pushing the militia onslaught up the hills, as the latter moved down clearing anything with breathe.

Whenever they were overwhelmed, the militias retreated while burning up everything to deny food and hiding places for Tutsis.

Then on June 27, news spread quickly that white people had arrived in Bisesero.

Exhausted and hungry, many Tutsis were still alive. Higiro and Kwigize, with thousands others moved towards the French convoy.

The two remember very well seeing French commandos urging them to return to their homes and a camp was set up at the exact location.

The French soldiers were accompanied by government forces. Higiro and Kwigize say they pleaded with their visitors to either stay or be relocate to other regions. But as they cried for protection, militias and government soldiers laughed.

Within hours, the French told the crowding Tutsi survivors that they would return “tomorrow”, before driving off.

Three French journalists from three of France’s biggest media were on the convoy including Patrick de Saint-Exupéry. He has since published a series of award-winning publications about his time in the region.

Meanwhile, on the evening of the same day, survivors saw buses and military trucks driving towards Bisesero from all directions.

From a distance, the occupants sung and chanted as though they were heading for a big celebration. The final assault on Bisesero was being prepared.

As the massacre went on in Bisesero region, Patrick de Saint-Exupéry writes that on June, 29, French Prime Minister Edouard Balladur and Defense Minister François Léotard arrived in Kibuye to visit their troops.

Saint-Exupéry reportedly asked the two officials in an unscripted exchange what was going to be done for Tutsis holed up the mountains.

“We will go there,” responded Balladur, according to Saint-Exupéry’s account. “…tomorrow, we will go there.”

Bisesero March 2015

Hope from horror

Data from UN indictments which led to conviction of several government officials and businessmen for their role in the Bisesero massacre shows that internal planning had set June 30, as the deadline to “finalise work in Bisesero”. It was the date by which no Tutsis would be left in the area.

French troops were part of a UN-mandated. The French contingent set up the infamous ‘Zone Turquoise’ covering Wester and some parts of Southern Rwanda.

As the photo taken 21 years ago shows, nothing much has changed in the exact location where it was taken by a civilian member of the convoy.

About 300m away is the magnificent Bisesero genocide memorial site built on one of the hills.

The embarrassing photo, along with the remains of the tens of thousands of victims, is laid to rest inside the memorial.

On March 21, 2015, more than 700 orphans from different parts of the country made the emotional journey back to Bisesero.

The orphans grouped in the Association of Student Genocide Survivors and former students cleaned the memorial site, built a new house for a vulnerable survivor and rewarded two individuals for saving Tutsis.

An elderly woman who hid Tutsis and watched her husband killed, was rewarded with a cow. The military also promised her to a well-furnished house.

Today, the population of Bisesero is largely comprised of frail elderly people and some in their 40s, all of whom are males.

The old, women and children who could not survive the militia assault, hunger and disease, died during the horrific days of June.

13

Source: KT Press

Comments (0)

Les animaux du Parc de Nyungwe détruisent les champs de la population environnante

Tags:

Les animaux du Parc de Nyungwe détruisent les champs de la population environnante

Posted on 27 March 2015 by peter

Les animaux du Parc de Nyungwe détruisent les champs de la population environnante

Ce ne sont que des herbivores qui, une fois en dehors du parc, se nourrissent des cultures

Dans la cellule Uwamusebeya, secteur Ruheru, les paysans qui habitent dans les environs du Parc National de Nyungwe se plaignent que les animaux sauvages appelés « Ibihinyage » ravagent leurs champs. Ils ont besoin d’être dédommagées pour leurs récoltes.

Comme l’explique Ndayisenga Fréderic, un des habitants de cette cellule, quand ces animaux ravagent leurs champs, ils en informent le SGF (Special Guarantee Fund), mais ce fond n’a encore rien fait.

« Ces animaux ont dévasté mes champs de maïs sur 180m et celui du sorgho sur 87m. J’ai fait une liste de tout ce qui a été abimé et je l’ai remise au District pour qu’on me rembourse. Mais, jusqu’à aujourd’hui rien n’a été fait », s’est indigné Ndayisenga.

Les paysans réclament une protection plus efficace contre ces animaux afin de les empêcher d’aller au-delà du parc. Ces mesures de protection ont déjà été faites par RDB dans deux autres parcs du pays. Il s’agit du Parc National de l’Akagera avec une clôture électrique d’une centaines de kilomètres et dans le mur en pierre construit dans le Parc National des Volcans.

Niyitegeka Félicien, adjoint du Chargé des Finances et du Développement dans le District de Nyaruguru rassure la population et promet que les discussions sont en cours  avec le RDB pour trouver ensemble une solution définitive à ces incidents et voir comment rembourser les victimes.

« Il va y avoir une collaboration entre les autorités du District et celles du secteur on va étudier ensemble toutes ces plaintes causées par ces animaux qui ont endommagé les champs pour que les victimes soient dédommagées », a rassuré Niyitegeka.

Ces problèmes provoqués par les animaux du parc ne se produisent pas seulement dans le secteur de Ruheru car même les habitants des Secteurs de Kivu, Muganza et Nyabimata, autour du ce parc ne cessent de se plaindre.

Comments (0)

Berlin 2015 : Le Rwanda reçoit le Prix Mondial et Africain au Marché International du Tourisme (ITB)

Berlin 2015 : Le Rwanda reçoit le Prix Mondial et Africain au Marché International du Tourisme (ITB)

Posted on 13 March 2015 by peter

Berlin 2015 : Le Rwanda reçoit le Prix Mondial et Africain au Marché International du Tourisme (ITB)

La délégation rwandaise à Berlin avec la tenue traditionnelle pour montre la culture

Le Marché International du Tourisme (ITB) de 2015 qui a lieu chaque année à Berlin dans la capitale allemande, le Rwanda a raflé deux prix comme le meilleur prix africain et mondial dans l’exhibition. Selon Yamina Karitanyi, Chargée du Tourisme au Rwanda Development Board (RDB),  l’International Tourism Market (ITB) de cette année, le Rwanda a été secondé par le Kenya, et la Tunisie est venue en troisième position.

Les autres pays africains qui apparaissent dans les 10 premiers sont la Namibie, l’Ethiopie, les Iles Maurice, la Gambie et les Iles Seychelles. Cette année, l’ITB a attiré 186 pays et près de 200.000 personnes.

Selon Karitanyi, l’histoire riche du Rwanda, sa culture, la diversité et son expérience dans la faune et la flore attirent beaucoup de personnes à Berlin. «  Cette année on s’est focalisé sur l’attraction des clients potentiels au Rwanda via notre secteur  privé. Nous sommes très contents d’avoir remporté ces deux prix, le meilleur exposant africain et mondial en 2015 à Berlin. Ce qui va augmenter la confiance de notre tourisme sur le marché international ».

Karitanyi a invité d’autres Africains à visiter le stand du Rwanda pour partager l’expérience. « Il est temps pour les Africains de savoir plus sur leurs pays voisins. Comme nous voulons lier le voyage continental, c’est l’occasion d’explorer l’Afrique. Les touristes peuvent avoir un seul visa valide pour trois pays dont, le Rwanda, le Kenya et Ouganda », a-t-elle ajouté.

Le secteur du tourisme du Rwandais connaît une croissance remarquable ces dernières années. L’année dernière (2014), le nombre des touristes a augmenté de 9 %. Le nombre des touristes est passé de 1.14 million à 1. 2 millions  Les revenus de tourismes ont augmenté de  296.4 millions $ à 303 millions $. RDB a déclaré qu’il a le plan d’augmenter ces revenus jusqu’au 860 millions de Dollars, d’ici 2017.

ITB est une plateforme qui donne aux pays du monde entier une opportunité d’exposer leurs  produits touristiques au monde. L’exposition a lieu chaque année à Berlin en Allemagne.

Comments (0)

Why is Nyange memorial site in bad shape?

Tags:

Why is Nyange memorial site in bad shape?

Posted on 11 March 2015 by peter

Why is Nyange memorial site in bad shape?

Families of the 1994 genocide against the Tutsi victims in Nyange sector of Ngororero district are wondering why Nyange memorial site is in a poor condition.

“Us, whose relative’s remains lie in the Rukumberi memorial site, we are really sad. We would be delighted if this site was upgraded and put up to required standards,” said Donathile Mukandekezi, a genocide survivor from Nyange sector.

Why is Nyange memorial site in bad shape?

Nyange memorial site, where remains of at least 7,217  killed in the Genocide lie, is described by Jean d’Amour Niyosenga, president of IBUKA; an umbrella organization for genocide survivors in Ngororero district, as “historical site”, considering how the Genocide perpetrators used copters to chase Tutsis who attempted to find refuge in the area.

However, it had been revealed in 2014 by Jean De Dieu Mucyo, the president of the National Commission against genocide (CNLG) that it was due to misunderstandings between Nyundo catholic Diocese and Ngororero district concerning the site.

It was due to this revelation that Gideon Ruboneza, mayor of Ngororero district highlighted that the district entered into partnership with CNLG and the Diocese to construct to upgrade Nyanza memorial site.

Comments (0)

Nyanza: GAERG, AERG help vulnerable genocide survivors

Tags:

Nyanza: GAERG, AERG help vulnerable genocide survivors

Posted on 11 March 2015 by peter

Members of GAERG, and AERG, the organizations for genocide survivor former university students donated to vulnerable genocide survivors to help them improve on social standards.

GEARG and AERG on March 7, donated cows, renovated houses and built kitchen gardens (uturima tw’igikoni) for the vulnerable old genocide widows.

The event was marked by umuganda in Kibilizi sector in Nyanza district where participants visited and paid respect to over 300 bodies of the genocide victims at Kibilizi memorial centre.

Members of GAERG, and AERG, the organizations for genocide survivor former university students donated to vulnerable genocide survivors to help them improve on social standards. GEARG and AERG on March 7, donated cows, renovated houses and built kitchen gardens (uturima tw’igikoni) for the vulnerable old genocide widows. The event was marked by umuganda in Kibilizi sector in Nyanza district where participants visited and paid respect to over 300 bodies of the genocide victims at Kibilizi memorial centre

Odette Uwambayinzobe, a beneficiary and genocide widow commended youth for the cow saying she will be drinking milk once it gets an offspring.

“This cow will give me milk in addition to keeping me busy in my old age. May God reward your efforts” she said.

Nyanza: GAERG, AERG help vulnerable genocide survivors

AERG and GAERG members build a kitchen garden in Kibilizi sector

Uwambayinzobe added that though she lives alone in the house, she will try her best and take good care of the cow because she already grew the grass to feed it.

Jean Bosco Munyaneza, coordinator of AERG-INILAK Nyanza branch told this website that the purpose of the umuganda is to help vulnerable 1994 Tutsi genocide survivors as they prepare for 21st genocide commemoration.

Nyanza: GAERG, AERG help vulnerable genocide survivors

The renovated house was at the verge of collapsing

GAERG and AERG members were joined by residents of Kibilizi sector in community work to help improve the lives of vulnerable genocide survivors.

Comments (0)

Ces primates du Parc des Volcans, c’est une espèce bien protégée, unique au monde et en voie de disparition

Le Parc National des Volcans visité par Christine Lagarde, Patronne de la FMI

Posted on 30 January 2015 by peter

Ces primates du Parc des Volcans, c’est une espèce bien protégée, unique au monde et en voie de disparition

Ces primates du Parc des Volcans, c’est une espèce bien protégée, unique au monde et en voie de disparition

La DG de la FMI a effectué une visite de 4 jours au pays des Mille Collines pour s’enquérir du progrès socio-économique réalisé après le génocide. Arrivée à Kigali le 25 janvier 2015, après avoir visitée le pays, Christine Lagarde a visité les gorilles des montagnes, espèces uniques au monde dans le Park National des Volcans au Nord du Rwanda.

Lagarde est rentée satisfaite des réalisations du Rwanda. « Ce qui m’a frappé le plus au Rwanda, c’est l’effort implacable du pays pour rendre la croissance plus intégrante ».

Christine Lagarde n’a pas voulu quitter le pays sans se donner la chance de découvrir ces primates uniques au mode qu’on retrouve seulement dans ce parc ces volcans partagé par le Rwanda, l’Ouganda et la RDC.

Ce fameux parc est une réserve de la flore et de la faune de haute altitude. Les lacs de cratère au sommet des volcans rend unique cet endroit déjà visité par les grands hommes du monde comme Président de Microsoft, le milliardaire américain Bill Gates, etc.

Son parcours de Kigali vers le Nord dans le royaume des gorilles de montagnes

Très tôt le matin, Christine Lagarde s’est mise en route pour un voyage de 3h sur une route soigneusement macadamisée, serpentant à travers les montagnes rocheuses couvertes de végétation épaisse et baignant dans un lourd brouillard, traversant des ponts des rivières.

Quoi qu’elle ait déjà effectué des voyages mémorables dans divers destinations séduisantes dans le monde entier, cette fois-ci, elle était sur le point d’être emportée par une expérience émotionnelle qu’elle n’avait jamais connue de toute sa vie.

Quand on arrive aux pieds des volcans, on laisse les véhicules pour entamer une ascension plus de 4h pour atteindre le Parc des Volcans. Le passage est dans un milieu d’une forêt de bambous où les gorilles de montagne se délectaient des embryons de bambou. Lagarde s’était maintenant retrouvée au sommet de la chaîne des volcans qui s’élève à 15,000 pieds, le long de la frontière nord du Rwanda, surplombant en diagonale la RDC et l’Ouganda.

Prosper Uwingeli, chef des gardiens du parc et guide touristique, l’observait intensément comme elle respirait à fond, profitant de l’air frais des volcans. « Sans doute cet air frais naturel sans aucune trace de pollution est le meilleur qu’elle ait jamais aimé respirer ».

Tout à coup, les primates sont arrivés, dit Uwingeli, « elle a été prise d’émotions fortes… comme tous les visiteurs. Vous ne pouvez pas garder la même humeur quand vous voyez les gorilles de montagne ».

Lagarde était encore plus chanceuse ce jour-là, car elle a pu voir la famille Sabyinyo, une famille de gorilles très bien organisée et qui se multiplie si vite. Sabyinyo est un groupe facilement accessible mené par le puissant Guhonda, avec son plus grand dos argenté de tous les 10 groupes.

En 2006, lors de la cereminie annulelle de « Kwitizina », consistant a donner les noms aux bébés des gorilles, Bill Gates ne pouvait pas regarder plus loin que le groupe Sabyinyo, et donna au bébé le nom de Keza, signifiant mignon.

Avant qu’elle n’ait fini le tour, une soixantaine de touristes, beaucoup venant de la France et de Singapour, voulaient se faire prendre en photo avec l’économiste le plus influent du monde.

Après la visite des gorilles et des beaux paysages, Lagarde a reçu un certificat de mérite, en signe d’accomplissement mais aussi pour l’encourager à militer pour la protection des gorilles de montagnes, une espèce e voie de disparition.  Selon Uwingeli, Lagarde est déjà attachée au Rwanda, et espère que son témoignage apportera plus de touristes.

Lagarde est allée alors visiter les logements écologiques du coin, bâtis en matériaux traditionnels, dont certaines n’hésitent même pas à parler de « la nature rencontre la beauté ».

L’un d’entre eux ; le « Sabyinyo Silverback Lodge », a été construit par une coopérative locale dans le but de promouvoir le tourisme et développer la communauté environnante du parc.

Les neuf chambres de l’hôtel qui coutent chacune 1200 US$ la nuit, sont toujours entièrement réservées, jusqu’à la fin de l’année.

Lagarde a apprécié le déjeuner du Virunga Logde, où les touristes viennent pour expérimenter le style de vie traditionnel des communautés locales.

L’hôtel offre une superbe vue panoramique du lac Burera ainsi que des lacs jumeaux de Ruhondo, avec des pirogues traditionnelles et de l’air frais. Un endroit de prédilection exceptionnel.

Elle n’a pas voulu partir sans gouter un peu au style de vie de rwandais ordinaires. Elle a ainsi rendu visite aux cultivateurs de pommes de terre aux pieds des volcans. Elle a même essayé d’utiliser pour la première fois les outils agricoles traditionnels. Durant son séjour au Rwanda, elle n’oubliera jamais la belle faune et flore.

Comments (0)

Tourism, hospitality graduates urged to be entrepreneurs

Tourism, hospitality graduates urged to be entrepreneurs

Posted on 23 January 2015 by peter

Tourism, hospitality graduates urged to be entrepreneurs

Graduands   completing their courses   in tourism and hospitality have been challenged to look at starting their own businesses as one way of contributing to the development of the country.

Zulfat Mukarubega, founder   and legal representative of RwandaTourism University Colleg-RTUC said that    Rwanda requires more entrepreneurs mainly in the hospitality and   tourism   sector to   foster its service delivery.

“ do not  bury your heads in frustration and wait for  the opportune time and cash  fortunes to  start your  business, start  today,”  she  said  during  the 3rd graduation  ceremony for the university  on Thursday.

Sheadds, “Ican’t stress strongly enough   how determined you must be, for the road to success is neither short nor easy. Many will fail at some point, and you must learn   to overcome heavy doses offrustration, burn out and disappointment along the way”.

Mukarubega said that RTUC has equipped the graduands   with   all the skills, competencies and right attitude that they need to transform the Rwandan society in customer care   and entrepreneurship.

“May Rwandans   to world class and the international community out there arelooking up to you Graduands to set a benchmark as employees and more importantly, entrepreneurs,” she added

Rwanda Tourism University College-RTUC began  in  2000 and was accredited and given degree awarding powers  by government  in 2012 offers   courses in Business information technology, hotel and restaurant management, travel and tourism management, vocational  training  programs and media studies.

Callixte Kabera, vice rector of the University said that the  university  college  has been vital in closing the skills gap that has been facing the tourism  sector in the country through  provision of  locally trained  skilled labour.

“We provide hands- on skills to our graduates which we believe   help them to perform well at their workplace,” he said

A total of 433 graduates have received their degrees , diplomas  and certificates  that will help  them   perform  and compete  favorably  in the  tourism  sector.

Comments (0)

Kigali- Clean City

Le Rwanda choisi parmi les 15 meilleures destinations touristiques en 2015

Posted on 20 January 2015 by peter

Les routes de Kigali sont éclairées, les trottoirs carrelés, les espaces verts partout....

Les routes de Kigali sont éclairées, les trottoirs carrelés, les espaces verts partout….

« Condé Nast Traveler », le magazine Britannique de luxe et voyage (UK Luxury and Lifestyle Travel Magazine) a révélé que malgré le génocide contre les Tutsi  en 1994, le gouvernement rwandais est parvenu à reconstruire le pays et le tissu social.

Les  touristes qui se comptent par milliers et qui augmentent chaque viennent au Rwanda pour decouvrir le pays des Mille Collines. Le Rwanda a réhabilité ses parcs nationaux de la savane et de hautes altitudes  et voir les gorilles de montagnes, les lacs, Kigali la capitale du Rwanda. Le Rwanda s’est doté aussi des Musées à travers le pays et le nombre de visiteurs ne cesse d’augmenter.

A voir la propreté, l’environnement et la décoration de la Ville de Kigali, les visiteurs n’hésitent pas à qualifier Kigali de « la plus propre ville africaine ». Selon Caroline Anne, une volontaire anglaise, « c’est une ville propre comme Paris, c’est une ville sûre, où les blancs puissent vivre tranquillement. Si la Reine venait à Kigali, de l’aéroport jusqu’à l’Hôtel Serena, elle ne peut pas croire qu’elle est dans un pays en voie de développement, elle peut penser qu’elle dans un pays riche », a-t-elle souligné.

Kerry Gill, un autre volontaire a quant lui été impressionné de voir  « une ville africaine, où l’on ne peut pas voir les ordures, les cadavres des chats et des chiens le long des routes de la ville ».

Raison pour laquelle le Rwanda a mis en place une stratégie pour générer 150 millions de dollars par an en provenance des conférences internationales en 2015, alors qu’il gagne actuellement 49 millions de dollars.

Même les jeunes Rwandais qui étudient à l’étranger reviennent chaque année pour passer une période de trois semaines pour apprendre la culture de l’hygiène et de l’auto-dépendance.

Aujourd’hui, Murekatete, balayeuse de la route dans les sociétés qui s’occupent de la propreté dans la ville de Kigali, résidant à Kimihurura, banlieue de Kigali, a encore des souvenirs de la façon dont les citadins y compris même les intellectuels, ignoraient l’hygiène, jusqu’en 1990.

Joselyne Murekatete, âgée  de 40 ans, se rappelle de son premier jour à l’école où elle a été punie par son enseignant parce qu’elle portait les souliers. Les chaussures étaient interdites à cette époque. « Dès lors, j’enlevais mes souliers à quelques mètres de l’école pour éviter les réprimandes ». L’enseignant ne voulait pas que les autres qui n’en avaient pas soient jaloux et ceux qui en avaient pouvaient les porter après les cours.

Quel est le secret du Rwanda pour devenir de plus en plus un pays attrayant ?

Apres le génocide contre les Tutsis en 1994, le Rwanda est qualifié de «  nouveau pays » avec un « nouveau peuple ». Actuellement, dans les établissements scolaires, l’hygiène et l’assainissement, le port des chaussures etc. sont obligatoires. Après avoir stoppé le génocide, le Front Patriotique Rwandais(FPR) a travaillé sur le développement de la société rwandaise, en impliquant les citoyens dans la prise de décisions. Le jour des travaux communautaires « Umuganda », les connaissances indigènes et les pratiques traditionnelles ont été renforcées.

Chaque dernier samedi du mois, toutes les activités  socio-économiques sont suspendues de 8h à 10h pour permettre les habitants de faire Umuganda à un site donné. Les autorités et même les visiteurs participent tous à ces travaux. Après, ils se rassemblent pour discuter sur la politique actuel du pays, les projets du village, les problèmes du village et les travaux du mois suivant. « Quand les citoyens sont impliqués dans un programme, ils réussissent sans contraints », affirme Omar Khalfan, professeur de sciences politiques à l’Université du Rwanda.

Kigali- Clean City

Clean Kigali Street. Condé Nast Traveler a UK based luxury and lifestyle travel magazine has included Rwanda among the top 15 picks for where to go in 2015. The magazine says Rwanda is the place to travel due to beautiful high-altitude forests, its lakes, and Kigali, its capital city.

En plus de l’Umuganda, la ville de Kigali a adopté un système de collecte des déchets des ménages et dans des lieux publics. Il y a des compagnies privées qui disposent de camions qui balaient les routes toute la nuit. Par exemple, pour nettoyer 200 km, la Ville de Kigali a signé des contrats avec 15 coopératives utilisant plus de 400 employés plus démunis et à majorité des femmes, avec une somme de 44,000$.

« Nous nous félicitons de notre contribution comme tous les autres Rwandais. Ça fait partie du patriotisme », a dit Jeanine Mukashema, une balayeuse dans la ville de Kigali. Rappelons que le Patriotisme fait partie de la devise du Rwanda, appart l’Unité et le Travail.

« Dans moins de 10ans, nous n’avons plus de sachets en plastique sur notre sol, les Rwandais  sont très actifs », s’est félicité le Dr. Charles Kabwete, un analyste politique.

Les poubelles sont aussi placées long des routes pour éviter le désordre des déchets. Ces poubelles ont été placées par les entreprises privées qui faisaient les publicités de leurs activités. Différentes activités commerciales, les bureaux, les marchés, et  les établissements scolaires ont engagé les entreprises (compagnies)  de nettoyage.

Ces entreprises de nettoyage  demandent 7 $ par mois depuis 2010 pour évacuer  les sacs de déchets dans le ménage. Selon Jean Paul Ngenzi, propriétaire d’Agruni, une compagnie de nettoyage, dans les pays occidentaux, la collection des déchets reste une affaire de l’Etat.

Jeter les ordures par terre est comme un pêché, même les enfants le savent. Traverser illégalement les espaces verts le long des routes ou uriner non pas dans des toilettes publiques est strictement interdit, dans le cas contraire une amende de 7$. Heurter le palmier se trouvant au milieu de l’autoroute est 700$ tout comme le poteau de l’éclairage public.

Comments (0)

Rwanda eyes heritage to boost tourism

Rwanda eyes heritage to boost tourism

Posted on 06 January 2015 by peter

Rwanda eyes heritage to boost tourism

“Economic benefits of heritage tourism include creating new jobs and businesses, increasing tax revenues, and diversifying the local economy” remarks Minister Francois Kanimba.

The Minister also pointed out that, those economic benefits are not the only reason why heritage tourism may be good for your community—“it has quality-of-life benefits as well”.

”Heritage tourism helps preserve your town’s unique character, which results in greater civic pride. Residents benefit too! There are more opportunities available such as shops, activities, and entertainment offerings that the local market alone might not be able to support”, said Minister Kanimba.

What is Heritage Tourism?

Heritage Tourism refers activities and services which provide international and domestic visitors with the opportunity to experience, understand and enjoy the special values of a region’s heritage, are sometimes referred to as heritage tourism.

‘Heritage’ and ‘Culture’ have become interchangeable and elastic terms. In the context of the arts for example, the use of the term culture relates to how a society’s history, beliefs, values, traditions and icons are manifested in an artistic format. The term often embraces Indigenous and natural culture, depending upon the perspective of the proponent.

Heritage tourism occupies a significant proportion of the ‘cultural tourism’ spectrum, and while it often overlaps with and links to other tourism product, the historic or human dimensions considerably inform and shape all parts of the spectrum. In this sense, heritage provides an ‘overarching’ component or common thread for many tourism products in a country or localized area.

Tourism remains at the top of the country’s foreign exchange earners and has retained a share of international business while the country’s opportunities to grow its tourism services are immense, ranging from hosting meetings and conferences, tapping into religious and cultural experiences, taking advantage of its eco and national parks and expanding water and leisure sports.

Rwanda has since invested in the convention bureau and other infrastructure and is seeking investors for spa and golf resort hotels along Lake Kivu and a cable car system on the slopes of the Volcanoes National Park. In addition, a new cultural village will be set up in Kigali to showcase a spectrum of the nation’s heritage in one setting.

Within the framework of implementing the National Sustainable Tourism Master Plan which is among the highlights of the Government seven year plan, the Minister of Trade and Industry, Francois Kanimba chaired a validation workshop on the dubbed “Heritage Corridor Tourism Sub-Master Plan connecting Kigali to the Nyungwe National Park”.

The study was commissioned in collaboration with Rwanda Development Board and aims to transform this region into a competitive tourists’ destination in Rwanda.

Comments (0)

Nyanza Organises New cultural festival

Nyanza Organises New cultural festival

Posted on 25 December 2014 by peter

Nyanza Organises New cultural festival

Rwanda’s tourism industry has continued to be diversified with the latest being the introduction of a cultural festival this Boxing day.

The Nyanza District, home to some of the country’s most impressive historical cultural sites from the former kingdom, has partnered with the National Institute for Museums and others to launch a culture festival held for the first time this year on Boxing Day, December 26.

Information received from Kigali confirms that the Rwesero Art Museum has been selected as the venue for the inaugural event which according to the source will become part of Rwanda’s annual calendar of festivals.

Traditional song, poetry, arts, and crafts, alongside traditional food preparations, will form the core of the various activities for the day, aimed to bring closer the country’s rich history to the present day generation.

The festival targets not only Rwandans but also visitors from Eastern Africa and foreign tourists who are in the country and have the opportunity to stop by and enjoy some of the performances.

Comments (0)

Advertise Here